22 Haziran 2021

La belle-mère espionnée (6)

Babes

La belle-mère espionnée (6)Encore sous l’euphorie du moment que je venais de passer avec Monique, je glissais ma nouvelle carte SD dans mon ordinateur, et découvrais les nouvelles images de la semaine. J’étais assez curieux et désireux de voir ces images, car Paul m’avait dit qu’il avait demandé à ma belle-mère de se masturber le plus souvent possible en pensant à moi. J’espérais avoir la chance de tomber sur quelque chose qui aurait pu se passer dans l’intimité de la salle de bain.Du lundi au mercredi, tout fut assez classique, des allers retours à la douche, à se laver les dents, se coiffer, se maquiller… mais je profitais à chaque fois de son corps, de ses seins, et de sa chatte poilue. Je remarquais qu’elle mettait toujours le même maillot pendant ces trois jours. Je n’osais imaginer le doux parfum de la culotte au soir du troisième jour.Puis les choses changèrent, et je pense que cela était du au passage de Paul, comme il me l’avait informé. Je la vis entrer dans la salle de bain, s’assoir sur les toilettes avec un cadre photo à la main, qu’elle posa devant elle, et elle se mit à se frotter la chatte comme une folle à travers son maillot. Je ne voyais pas la photo, mais je reconnaissais ce cadre, qui était l’une des photos de mariage où je posais avec ma femme. Elle était en train de se masturber en me regardant. Au bout d’un moment, elle baissa son maillot, et se caressa le clitoris avec insistance et vitesse. J’étais surtout impressionné par cela ; elle se caressait vraiment fort. Il ne fallut pas longtemps pour que je vis son visage grimacer, qu’elle écarte les cuisses encore plus large, en jouant avec son clito, tout en fixant la photo. Je la vis jouir. Elle reprit doucement ses esprits (moi aussi, j’étais dur comme un roc à regarder ces images), elle alla vers illegal bahis le lavabo, s’approchant de la camera fixée derrière un miroir, se rafraichit le visage, se brossa les dents, puis, elle reprit le cadre photo, le posa à coté du lavabo, et replongea sa main à sa chatte. Elle recommençait à se caresser, debout cette fois-ci. Elle plia une jambe, posa son pied sur un tabouret, et s’enfila deux doigts dans la chatte. Elle regardait fixement le cadre photo. Elle saisit la brosse, avec laquelle elle venait de se coiffer, et dirigea le manche vers sa moule. Elle sortit ses doigts, et s’enfonça le manche à la place. Encore une fois, elle y allait vite. J’étais impressionné de la voir ainsi. J’accélérai un peu la vidéo. Monique n’en finissait pas, elle alternait le manche dans sa chatte, avec ses doigts sur son clitoris. Elle resta plus de trente minutes à se toucher la chatte en me regardant. Et elle remit le même maillot une fois qu’elle eut fini. Ce même maillot qu’elle avait hier, quand elle nous a reçu chez elle.En regardant mon logiciel, je remarquais qu’il restait encore beaucoup d’images à visionner. J’étais un peu surpris car on arrivait vers la fin de la semaine. Il y eu quelques passages avec mon beau-père, en train de se raser, que je laissais passer à toute vitesse, pour ralentir à nouveau lorsque Monique apparaissait à l’image. Le vendredi soir, elle se masturba en regardant son smartphone, je pus deviner qu’elle était sur mon compte Facebook lorsqu’elle s’approcha du miroir. Elle se caressa presque intégralement à travers son maillot noir, en faisant tournoyer ses doigts encore et encore. Du début, jusqu’au moment où elle s’arrêta, s’étaient écoulées 50 minutes. Elle s’était masturbée aussi longtemps pour moi. Alors j’avais notion d’une contrainte, que illegal bahis siteleri Paul lui avait demandé de se masturber pour moi. Mais aussi longtemps ? Et parfois elle y mettait tant de fougue, je la voyais accélérer le rythme en faisant des grimaces, retenant au maximum sa jouissance. Et même le dimanche matin, avant que l’on arrive, elle s’était touchée longuement. Vers midi, je reçus un email de Paul. Ma femme était sortie faire des courses, alors je le lus tranquillement sur l’ordinateur placé dans le salon.”Appelez là. Elle est inquiète que vous puissiez en parler à votre femme ou à son mari. Profitez éventuellement de cette faiblesse.”Je pris mon téléphone portable, et appella Monique. Elle décrocha presque aussitôt, comme si elle attendait mon coup de fil. Je me demandais si elle était au courant de mon contact avec Paul. Mais je ne pense pas. Et la conversation me le démontra. Elle semblait un peu perturbée.- Monique, je suis en train de me branler en pensant à toi.J’avais été direct, je voulais éviter que l’on tourne autour du pot trop longtemps.- J’ai juste une chose à te demander, murmura Monique. Ne parle pas de ça à ma fille, ni à Jacques. Ni à personne. – Tu as envi de moi ? – Réponds à ma question, s’il te plait, avant toute chose.- J’arrive, tu vas me sucer encore.- Non attends, il y a Jacques, plutot demain…- Je suis là dans dix minutes. Et tu me suces dès que j’arrive. – Demain…- Demain, il se peut que ma langue se délie d’ici là.- Tu plaisantes ? tu me ferais chanter ?Je raccrochais et me préparais. Je ne m’étais jamais préparé aussi rapidement. Je pris la voiture, et en une dizaine de minutes, je me trouvais devant chez mes beaux parents. Je sonnais à la porte, et Jacques vint m’ouvrir.- Ah ! Salut ! Monique m’a dit que tu allais passer canlı bahis siteleri récuperer le sac que vous avez oublié hier. Monte, elle est en haut, elle va te donner ça. Je retourne nettoyer la piscine.Je montais les escaliers pour me rendre à l’étage. Je trouvais rapidement Monique, qui était en train de ranger du linge dans la chambre. Je contemplais les culottes et soutien gorges étalés sur le lit, au milieu de ses jupes et chemisiers. Je pris une culotte au hasard.- J’ai du inventer une histoire vite fait… Ne reste pas longtemps !Je contemplais Monique, qui portait toujours son même maillot noir (haut et bas).- Donne moi ton maillot à lécher, lui dis-je, en sortant ma queue et commençant à me branler à l’aide de sa culotte en dentelles.- Non, fit Monique, arrête… Je veux qu’on arrête.Je regardais autour de moi, et je tombais sur le cadre photo du mariage, ainsi que sur sa brosse à cheveux, posée juste à coté.- Je suis sur que tu te masturbes en me regardant sur cette photo. Tu l’as même peut etre fait ce matin…Elle haussa les épaules et me regarda de haut.- Je ne fais pas ça, non.Elle me regarda, un peu sidérée, prendre sa brosse à cheveux, et sentir le manche. Il sentait fort la chatte. Et je pus remarquer des petites traces blanches dessus.- Avoue que tu te défonces la chatte en pensant à moi.Monique resta figée un moment, puis se précipita vers moi, me poussa sur son lit, écarta son maillot sur le coté, et vint s’empaler sur ma queue. Elle me regarda dans les yeux. Je la regardais aussi.- J’arrête pas de me masturber en pensant à toi, lui dis-je.- Moi aussi, répondit elle. Tout le temps. Baise moi.Je limais la chatte de Monique vite et fort. Sa chatte n’arrêtait pas de couler. Je la demontais pendant plus d’un quart d’heure, puis je sortis, et me dirigea vers sa bouche. Elle me suça avec envie, et comme la veille, je lachais un jet de sperme dans sa bouche, et un second vers sa poitrine, en belle rasade.- C’est bon, il l’a récupéré ce sac ? fit Jacques en entrant dans la pièce.A suivre…

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir


maltepe escort ankara escort kurtköy escort escort kadıköy şişli escort konyaaltı escort ataşehir escort kadıköy escort bostancı escort sakarya escort sakarya escort pendik escort gaziantep escort ensest hikayeler mersin escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan didim escort izmir escort izmir escort maltepe escort ankara escort izmir escort bornova escort maltepe escort ankara escort bayan maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort gaziantep escort bursa escort güvenilir bahis kaçak bahis bahis siteleri canlı bahis türkçe bahis canlı bahis sakarya escort