22 Haziran 2021

Quand Margot devient chienne 35

Anal

Quand Margot devient chienne 35Retour d’Afrique.-Alors ce petit voyage en Afrique, cela c’est bien passé ?-Très bien Laurent je vous remercie. -Et avec Margot, pas de souci ?-Non, non, elle est parfaite notre perle. Vous ne l’avez pas encore vu ?-Non, je ne suis pas encore rentré à la maison. -Alors dépêchez vous, je pense qu’elle était impatiente de vous retrouver.-Oui, j’allais rentrer, je voulais juste vous saluer. Et puis j’aurai souhaité un entretien si vous le voulez bien.-Mais bien sur mon cher Laurent. Rien de grave j’espère ? -Non, mais je ne préfère pas en parler au téléphone.-Oui bien sur. Alors voulez-vous demain soir chez moi ?-Très bien, cela me convient tout à fait.-Voulez-vous venir dîner avec Margot ?-Euh … Non, je viendrai seul si vous le permettez.-Comme il vous convient. Alors à demain.-Bonsoir « BHV », à demain.Lorsque Laurent est rentré, Margot courait dans toute la maison complètement à poil. Elle allait de la chambre à l’entrée, de l’entrée à la salle de bain puis retour à la chambre d’où elle ressortait avec un paquet de linge sous le bras direction la machine à laver. Laurent tout en déposant ses clefs de voiture sur le petit meuble de l’entrée et en mettant sa veste dans le placard, regardait d’un œil amusé, l’animation fébrile que mettait sa femme à elle toute seule.Cette dernière, tant elle était concentrée sur son activité, ne vit pas de suite l’arrivée de son mari. Mais lorsqu’elle s’aperçut de sa présence, elle lâcha tout ce qu’elle tenait à ce moment là et courut vers lui pour lui sauter dans les bras en attachant ses jambes autour de sa taille. Elle lui embrassa le visage comme une mort de faim sur tous la surface, ne laissant aucun centimètre de peau sans baisers. Cette embrassade finit sur sa bouche où elle plongea sa langue comme pour en explorer chaque parcelle.Laurent se dégagea afin de recouvrer son souffle que cette diablesse semblait vouloir lui faire perdre. Il la pris par les épaules pour l’écarter un peu de lui et la contempla.-Tu es magnifique ma chérie. Tu sembles en pleine forme malgré le voyage. Ton petit séjour c’est bien passé ?Mais déjà Margot s’acharnait sur la ceinture et les boutons du pantalon de son homme.-On parlera de ça plus tard, là j’ai juste envie de toi mon amour.Les gestes étaient adroits et la queue de Laurent eut tôt fait de surgir d’entre les pans de la braguette. Margot se jeta dessus sans plus de préalable. Elle engloutit d’un coup la tige déjà raide jusqu’au fond de sa gorge. Elle avait le nez quasiment disparu dans le pantalon, c’est dire à quel point elle avait avalé la chose. Elle recula la tête, des larmes au bord des yeux et tentait tant bien que mal de contenir des hauts le cœur. Mais à peine sa respiration retrouvée, elle replongea la bite au fond canlı bahis de sa bouche gourmande. Laurent avait bien du mal à résister à un traitement aussi vigoureux et lui fit savoir que si elle ne se retirait pas, elle allait se prendre une bonne giclée de foutre au fond de la gorge. Il tentait en même temps de repousser la tête de Margot toujours accrochée à sa queue comme un bigorneau à son rocher. Mais la bougresse résistait. -Margot !! Attention à toi !!!-Hummmmmmmm….-Tant pis pour toi alors !Et dans un grand râle venu du fond de son ventre, Laurent déchargea un paquet de foutre dans la bouche de Margot. Il n’en finissait pas de se vider par saccades. Chaque jet manquait de faire étouffer sa suceuse préférée. Elle déglutissait autant que possible afin de n’en pas perdre une goutte. Malgré tout, ça lui dégoulinait au coin des lèvres et déjà ses deux nibards étaient barbouillés de sperme épais. Enfin l’un cessa de se vider et l’autre récupéra sa respiration.-Ben dit donc mon chéri, tu avais fait des réserves pour moi ?-Non, mais j’avoue que tes talents de suceuse y sont sans doute pour quelque chose. Tu ne cesses de progresser dans ce domaine. Bravo ! Quel talent.-Merci mon chéri. Mais tu ne crois pas que tu vas t’en tirer à si bon compte, non ?! À moins que ta soumise ne t’ait épuisé ?-Non, non, pas de danger. Mais que veux-tu encore ?-Viens dans la chambre je vais t’expliquer.-Bon, si tu veux. J’arrive de suite, il faut que je passe par les toilettes avant, je te rejoins.À son retour dans la chambre, Margot était à quatre pattes sur le lit, offrant son cul en gros plan. Laurent, pourtant habitué à ce genre de spectacle, se remit à bander instantanément. Il s’approcha du lit. Se mit à genoux derrière elle et plongea sa langue dans l’orifice béant et mouillé de sa chatte charnue. Il mettait de grands coups de langues remontant du clito jusqu’à l’anus qui frémissait à chaque passage. Après quelques allers et retours, il s’attarda sur la rosette qui s’entrouvrait sous l’excitation provoquée. Il continua son intromission linguale tout en fourrant deux puis trois doigts dans le vagin maintenant dégoulinant de cyprine chaude et visqueuse.Sa bite lui faisait mal. Il bandait comme un cerf. Il ne pouvait plus attendre. Il monta sur le lit et présenta aussitôt le gland à l’entrée de l’orifice le plus étroit. Il était convenu, entre eux deux, de ne jamais poser de question concernant leurs activités parallèles. Ils avaient trouvé un parfait équilibre et coulaient des jours heureux. Pourtant merde, il lui semblait bien que ce trou du cul avait dû se prendre quelque chose de balaise récemment. Il ne demanda rien, mais …De fait, son gland fut avalé. Comme aspiré. Il avait suffit qu’il lubrifie l’instrument dans le jus qui coulait bahis siteleri abondamment pour que ça glisse tout seul. D’ailleurs le reste suivit aisément. Il lui sembla même que ce n’était pas lui qui avait enfoncé sa queue mais Margot qui s’était empalée dessus. C’est lorsque ses couilles vinrent battre la chatte de Margot qu’il se dit que quand même, ce « BHV », il en avait fait une sacrée belle salope. Insatiable et tiens prend ça dans ton cul, gourmande et tiens tu la sens bien celle-la, salope et tiens je suis au fond, finalement chienne et tiens prend mon jus dans ton ventre !Les deux corps s’affaissèrent sur le lit, trempés de sueur, ahanant de concert, cherchant leur respiration. C’est margot qui récupéra le plus vite. Elle se remit à quatre pattes et se retourna pour sucer de nouveau la bite molle de Laurent. Du sperme coulait de son trou du cul. Laurent devait effectivement en avoir en réserve. Margot s’employa à lui nettoyer la queue, avalant tout le foutre qui ne l’avait pas emplie. Peut-être espérait-elle aussi redonner un peu de vigueur à cette chair molle, mais rien n’y fit et elle se résolut à abandonner sa tâche et se lova dans les bras de son homme. Ils s’endormirent tous les deux ainsi, repus, satisfaits, crevés.Au petit matin, Laurent dormait encore comme un loir. À voir son visage, on devinait qu’il était plongé dans un rêve. Et apparemment un rêve plutôt agréable à en juger à ses expressions. Et puis ce léger mouvement du bassin ne laissait guère de doute.Laurent voyait cette tête monter et descendre sur son ventre. Parfois il allait au devant. Sa queue le brûlait. Cette bouche était si bonne. Cette langue si coquine. Une main lui massait les boules alors qu’il sentait un doigt s’insinuer entre ses fesses et venir caresser sa rosette. Putain que c’était bon !!! Ne pas sortir de ce rêve !! Surtout ne pas en sortir ! C’est vraiment trop bon. Mais en se disant cela, c’était précisément ce qu’il faisait. Peu à peu il reprenait conscience. Les yeux à peine ouverts, il voyait toujours cette tête monter et descendre sur son ventre. Mais je rêve toujours ou quoi ? Pourtant cette bouche qui lui enserrait la bite semblait bien réelle. Il finit d’émerger et se mit sur les coudes.-Déjà au travail chérie ?-Ben je n’ai pas pu résister répondit-elle en se relevant un instant.-Remarque, il y a pire comme réveil matin.-Oui je suppose dit-elle en replongeant sa queue au fond de sa gorge.-Mais tu es vraiment insatiable !-Oui peut-être, mais hier je t’ai sucé et tu m’as enculée, mais tu ne m’as même pas baisée !!! J’ai un manque !Et Margot retourna à son œuvre. Laurent se positionna plus à son aise et laissa sa femme finir de le mettre en forme. D’ailleurs le doigt qu’elle venait de lui mettre dans le cul venait bahis şirketleri de parfaire l’érection qui était déjà en bon chemin. Satisfaite de son travail, Margot se releva et vint se mettre à califourchon au dessus de la queue tendue vers le ciel. Elle l’agrippa pour la diriger vers son antre au fur et à mesure qu’elle descendait. Elle mouillait tellement que des gouttes tombaient sur le gland et glissaient le long de la hampe, lubrifiant la chair qui allait la pénétrer.Laurent qui regardait cette chatte béante aux lèvres charnues qui allait engloutir sa bite turgescente dans un instant, se disait que sa Margot faisait des prouesses avec lui. Il savait ne pas avoir un sexe extraordinaire. Mais le traitement qu’elle savait lui infliger, lui donnait l’impression qu’elle était tout d’un coup énorme. Margot venait de s’asseoir sur son pubis, sa bite au fond du vagin et Laurent se dit qu’il l’aimait comme un fou cette Margot. Ils avaient bien parfois quelques petites accroches, mais jamais de grosses disputes. Ils avaient énormément de goûts communs. Sexuellement, c’était de mieux en mieux. Leur vie était harmonieuse. Il se dit qu’il était heureux.Margot avait commencé à onduler du bassin. Laurent fermait les yeux. Il avait agrippé les seins gonflés aux pointes érigés dans ses mains et les malaxait tendrement. Margot avait les mains derrière la tête qu’elle tenait en arrière. Son petit ventre musclé ondulait au rythme du bassin. La sève montait déjà dans la verge raide. Leur souffle s’accélérait, les gémissements devenaient râles, la sueur perlait sur le torse de Laurent et coulait entre les seins de Margot. Son bassin allait d’avant en arrière dans un rythme plus soutenu. Celui de Laurent se soulevait à la même cadence. Telle l’écuyère sur un cheval au galop, Margot se démenait sur sa monture à une allure soutenue. Malgré le rythme effréné, jamais la chatte de Margot ne s’était décollée du corps de Laurent. C’est uniquement avec les mouvements du bassin et ses muscles vaginaux qu’elle allait libérer toute l’énergie vitale de la queue de son amant. Les cris de l’une et les borborygmes de l’autre étaient maintenant à l’unisson. Laurent s’arc-bouta, raide comme la justice au moment où Margot fut prise de tremblements incontrôlables. Les deux corps étaient unis dans le même orgasme. Leur jouissance dura longtemps. Puis les muscles se relâchèrent. Laurent retomba comme inerte alors que Margot s’affaissait sur son torse tout aussi molle que lui.Ils se rendormir tous les deux sans changer de position, anéantis par cet orgasme dévastateur mais tellement bon. Cette fois ce fut Laurent qui émergea le premier. Il s’appliqua à couvrir le visage qu’il aimait de baisers tendres et doux. Margot se réveilla à son tour, un sourire accroché aux lèvres.-Bonjour chéri ! Bien dormi ?-Bonjour mon amour. Oui, très bien, mais il me semble avoir fait un drôle de rêve.-Ah bon ? C’était agréable au moins ?-Bof …-OH !!!! Chameau !!!-Margot ?-Oui ?-Je t’aime.A suivre….

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir


maltepe escort ankara escort kurtköy escort escort kadıköy şişli escort konyaaltı escort ataşehir escort kadıköy escort bostancı escort sakarya escort sakarya escort pendik escort gaziantep escort ensest hikayeler mersin escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan didim escort izmir escort izmir escort maltepe escort ankara escort izmir escort bornova escort maltepe escort ankara escort bayan maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort gaziantep escort bursa escort güvenilir bahis kaçak bahis bahis siteleri canlı bahis türkçe bahis canlı bahis sakarya escort