La fille qui faisait des selfies

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

La fille qui faisait des selfiesAvant de décider de m’approcher d’elle, j’ai observé pendant un petit moment cette jeune asiatique qui faisait des selfies avec un smartphone vissé à une petite perche. J’étais installé à la terrasse d’un café, en plein soleil, avec une bière. La fille s’est d’abord prise en photo avec la cathédrale à l’arrière-plan, puis la fontaine au milieu de la place. Je lui ai donné dix-huit ou dix-neuf ans, mais la physionomie des asiatiques est souvent trompeuse. Elle était très mince, les cheveux longs et raides. Elle portait un chemisier blanc, une jupe noire très courte et des bottines en daim gris foncé qui lui arrivaient juste en dessous des genoux. Ses jambes étaient nues, très fines. Elle avait de tout petits seins, visiblement, et un tout petit cul qui aurait pu être celui d’une adolescente. J’ai terminé ma bière et me suis avancé vers elle. Il y avait de nombreux autres touristes sur cette place, à cette heure-ci, en plein été, mais cette fille-là était seule. Je l’étais aussi. Je n’attendais personne. A deux mètres d’elle, je lui ai dit :« Voulez-vous que je vous prenne en photo ? J’aurais davantage de recul que votre petite perche en plastique… »Elle m’a retourné un sourire et, avec un adorable accent asiatique et une voix de gamine, elle m’a répondu :« Oh, c’est très aimable. Je veux bien. »Elle a dévissé son smartphone de la perche, puis elle me l’a tendu.Je lui ai dit :« Où voulez-vous que je vous prenne ? »J’ignorais si elle avait perçu le double-sens de ma question. Et si c’était le cas, elle n’en avait rien fait sentir.Elle m’a répondu :« Assise sur les marches de la cathédrale, si ça ne vous dérange pas. »Nous nous sommes dirigés vers les marches en question, puis elle s’est assise et j’ai attendu qu’un groupe de touristes s’éloignent pour la cadrer avec son appareil. Elle a pris soin de garder ses cuisses serrées, puis, les mains posées sur ses genoux, elle s’est mise hatay escort à sourire.J’ai fait trois clichés et dit :« La lumière est idéale. S’il y a d’autres endroits où vous voulez que je vous prenne, n’hésitez pas, c’est un plaisir de vous photographier. »Elle a réfléchi quelques instants, puis nous sommes allés vers la fontaine où je l’ai photographiée dans différentes postures. Elle semblait ravie.« Comment vous appelez-vous ? ai-je fini par lui demander. »« Mia. »« Moi, c’est Paul. D’où venez-vous ? »« J’habite à Séoul, en Corée. »« Et vous êtes donc en vacances… ai-je supposé. »« Non, je viens de m’installer dans un petit appartement tout près d’ici. J’entre à l’école des beaux-arts en octobre, mais je voulais m’habituer un peu à cette ville auparavant. »« Vous parlez parfaitement le français. »Elle a souri :« Merci. Cela fait une année que je prends des cours. Et vous, que faites-vous dans la vie ? »« Je suis écrivain. »« Ah ? Et vous parvenez à en vivre ? »« Oui, disons que mes deux derniers romans se sont bien vendus. »Elle a hoché la tête, puis elle a regardé autour d’elle en disant :« Vous accepteriez de me prendre dans d’autres endroits ? »« Tous les endroits que vous voulez, ai-je répondu. J’ai tout mon temps et votre compagnie est très agréable. »Elle a souri, puis elle a dit :« Il y a des jardins derrière la cathédrale. »Nous y sommes allés.J’ai photographié Mia au bord d’un bassin peuplé de poissons rouges, puis sur un banc en fer forgé. Ensuite, je me suis assis près d’elle et elle m’a demandé :« De quoi parlent vos romans ? »J’ai cogité quelques secondes et répondu :« Le dernier parle de la jalousie. C’est l’histoire d’un homme et d’une femme qui sont ensemble depuis plus de vingt ans. Le sentiment de jalousie apparaît à la façon d’une tierce personne dans le couple. Il s’installe dans la maison et il sème le désordre. »« C’est très intéressant, m’a dit Mia. Vous êtes jaloux ? »« Je suis escort hatay célibataire, donc il y a peu de risque. Et vous ? »« Absolument pas. Par contre, mon petit ami est très jaloux. Il est à Séoul et il m’envoie trente SMS par jour pour savoir où je suis et ce que je fais. »« Et vous le rassurez ? »Elle a souri et répondu en regardant ailleurs :« Je fais en sorte qu’il ne s’inquiète pas. »« Aurait-il des raisons de s’inquiéter ? »Elle a fait une petite moue avant de répondre :« Parfois, oui. C’est l’été, je suis seule, je me promène, et chaque jour des hommes m’abordent comme vous l’avez fait. »« Et ? »« Et… a-t-elle répété en me regardant dans les yeux. Et il advient des situations qui rendraient fou mon petit ami. »« Lesquelles, par exemple ? »Elle a pris un petit air faussement embarrassé, puis elle a croisé sa cuisse gauche sur son genou droit en disant :« Des situations où je fais l’amour. »« Avec des hommes qui vous abordent ? »« Oui. »« Des hommes de mon âge ? »« De presque tous les âges. Ça m’est égal. »« Ça vous est égal du moment que vous faites l’amour ? »« C’est ça. »« Vous l’avez fait aujourd’hui ? »« Non, pas encore. Hier, je l’ai fait deux fois. »« Avec qui ? Un vieux monsieur, en plein après-midi, puis un homme d’environ trente ans, dans la soirée. »« Et avant-hier ? »« Avant-hier, il pleuvait. Je me suis fait aborder par un homme dans un bar. Il avait à peu près votre âge, la quarantaine. »« Vous avez fait l’amour avec lui ? »« Oui. »« Dans quel endroit ? »« Chez moi. »« Puis-je vous tutoyer, Mia ? »« Oui. »J’adorais son petit sourire. Elle me regardait en parlant. Elle a croisé ses cuisses dans l’autre sens et je lui ai dit :« J’ai une question très indiscrète… »« Allez-y, m’a-t-elle dit en souriant d’impatience. »« Que portes-tu sous ton chemisier ? »« Rien. »« Et sous ta jupe ? »« Une culotte blanche très sobre. »J’ai inspiré, puis expiré en disant :« J’ai très envie de te voir toute hatay escort bayan nue, Mia. »Son appartement se trouvait sous les combles d’une maison du quartier historique. Il n’y avait presque pas de meubles : un matelas posé à même le sol, une caisse en bois en guise de table de nuit, un petit buffet en bois couleur ébène, et plein d’affaires jetées en vrac ici et là. Des bouquins, des DVD, un peu de vaisselle, des fringues…Je n’oublierai jamais le moment où Mia a baissé sa culotte, au milieu de sa petite chambre. J’étais couché sur son matelas, sur les draps défaits. J’étais tout nu, sur le dos, et je bandais à mort.Je n’oublierai jamais non plus l’apparition de ses petits seins pointus.Ni le moment où elle est venue s’empaler sur ma bite qui s’est enfoncée dans sa chatte comme dans un pot de miel. Je ne me suis pas protégé. On ne s’est pas posé cette question. Mon gland a touché le fond de sa chatte, puis elle s’est mise à rebondir sur mes reins, en gémissant avec sa petite voix très aiguë de gamine de treize ans. Ensuite, elle s’est assise sur ma bouche et je lui ai léché la chatte, tandis qu’elle me suçait la queue. Son anus avait l’odeur du café. Je l’ai enculée et elle a joui deux fois de suite en se branlant le clitoris.J’ai déchargé dans son petit cul, mais je bandais encore, alors je l’ai prise en levrette et elle s’est mise à crier de plaisir dans cette petite piaule où il faisait au moins 25°. Le sperme coulait de son cul et elle le répandait sur ses fesses. Moi, je regardais mon gland sortir de sa chatte et y rentrer aussitôt. Je palpais ses petits seins. Ma deuxième giclée alla dans sa bouche, quelques minutes plus tard. Trois ou quatre petites gouttes que Mia avala en me regardant dans les yeux. Puis nous avons pris une douche ensemble. Je l’ai baisée de nouveau sous le jet d’eau puissant, par le cul, puis par devant, debout, enlacés, à s’embrasser avec la langue. J’ai éjaculé dans sa chatte et nous nous sommes rincés.Puis rhabillés.Et je suis reparti, car Mia avait prévu de se rendre dans un autre quartier de la ville pour faire des selfies, en fin de journée, et attendre que des hommes viennent l’aborder.:::

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir